La salle d'attente: comment y survivre en temps de paix



  • La salle d’attente est un lieu atypique, l’enfer avant l’antichambre oserais-je, principalement dans les endroits fournis en docteurs à lunettes et autres détenteurs de diplôme bac +10 incapables d’écrire lisiblement. On y croise de tout, du simple quidam au cas social, du hipster à la vieille en fin de vie, du riche au pauvre en passant par les ouech. Tous ont cette particularité d’être malade.

    Commençons par présenter l’élément central, à savoir l’endroit où se regroupe le peuple dans l’attente du jugement final.

    La salle est composée de murs, généralement en placo BA 13 peint en jaune pisse ou blanc grisâtre. Au plafond pendent des néons rectangulaires à la lueur blafarde qui amènent une touche bucolique à la pièce. Parfois il arrive qu’une fenêtre donne sur l’extérieur mais afin de ne pas détériorer ce cachet unique dont rêve tout peintre impressionniste, on y accrochera des rideaux blanc-grisâtre en nylon fin et qui serviront éventuellement de récupérateur à poussière et de nid à microbes infectieux.

    0_1505819976230_5155.jpg
    Vue d’artiste d’une salle d’attente répondant aux normes en vigueur dans la communauté européenne

    1 La porte
    C’est la porte d’entrée. La démarche est assez simple: en tournant la poignée et en poussant la planche en bois verticale, cet ingénieux mécanisme nous permet de passer à travers le mur.

    2 Des rangées de siège.

    Ici, le futur salle-d’attenteur va devoir se décider rapidement après une analyse succincte de son nouvel environnement. Quel siège prendre ? Où ? A coté de qui ?
    Quelques conseils qui s’avéreront bien utiles dans cette zone de guerre morale.

    • évitez en priorité la mère de famille et ses 5 chiards: un gosse c’est sale, ça fout ses pattes dégueulasses partout et tout particulièrement sur la chaise où vous allez poser votre magnifique séant, ça passe son temps à renifler sa morve la merde au cul et c’est extrêmement contagieux. Encore plus pour votre Dame qui s’empressera alors de vous presser à lui en mettre un dans le tiroir-caisse alors que bon, un chien c’est pas mal non plus et pas besoin de le torcher en plus.
      Les gosses ont aussi cette manie de venir vers vous, les yeux enjôleurs et de se mettre à hurler soudainement des “BAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH” et autres “GAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA” afin d’attirer votre attention. Ne souriez pas, jouez l’indifférent ou le môme reprendra son manège, déclenchant l’hilarité du public qui joue super bien la sympathie alors qu’en réalité il s’en branle du gamin. C’est souvent à ce moment là que le type en blouse blanche de l’autre coté du mur regrette d’avoir pinaillé avec du BA 13.

    • Les vieux
      Ici, pas de précaution particulière à prendre. Hormis celle de s’asseoir loin d’eux. Généralement porteur d’une odeur de pré-mort mélangeant urine et moisi, les vieux sont des gens d’un autre age. Ils ressassent sans cesse l’époque d’avant dans un flot discontinu de phrases incompréhensibles, celle où les “bas dites donc de mon temps” flirtent avec les “ohlala jvous lfait pas dire le temps est pas bien du tout olalala”. Ne prenez pas contact, sous quelque motif que ce soit ou vous vous risqueriez à une chronologie hachée des années 80 vu par un Alzheimer au stade final.

    • La pu… , la pouf… la fille qu’est pas trop mal foutue, qui s’habille chaudement mais qui ne vous regarde pas entrer tant elle est subjuguée par le dernier Cosmopolitan et ses cinquante conseils sur l’épilation coquine.
      Faites l’indifférent. Surtout si elle est accompagnée de Dédé et ses 140 kilos de muscles hypertrophiés.
      Elle est seule ? Lancez des regards ténébreux tel un Ben Stiler des grands jours. A vous de diversifier vos techniques d’attaque en utilisant votre environnement (WC, table, parquet flottant).
      Jouez finement si vous voulez repartir avec Sophie, mannequin pour pied, qui n’est venue que pour une petite blénno selon ses dires. Attendez le traitement avant de vous risquer à un rapport avancé.

    • Le malade.
      Bien, dans cette configuration, vous n’avez plus le choix sur la place à prendre puisque tous les présents sont malades y compris vous même. Vous êtes venus avec un rhume ? Vous repartiriez bien avec une blennorragie en cadeau ?

    • La rombière en lunettes Versace, tailleur immonde d’un grand couturier et bijoux en or qui brille.
      Celle qui ne veut pas mourir, qui s’étale deux litres de crème pour ne pas paraitre vieille et qui parasite le système médical avec ses phobies en tout genre. Madame s’étale du fard sur la tronche pour rajeunir mais ne vous faites pas avoir en utilisant la technique nasale: à l’instar des autres vieux, elle sent la mort.

    • Le grugeur
      Il n’a pas RDV, il vient à l’arrache et à toujours une question rapide à poser et “non c’est vite fait” puis ça dure une heure. Dès la première tentative, levez-vous, haranguez les autres malades afin d’avoir une force d’opposition visible et virile. Et sénile si vous êtes à l’hospice.

    3 La table basse en verre et ses vingt revues des années 2000.

    Veillez à ne pas vous asseoir près d’elle, vous subiriez forcément les désagréments des feuilleteurs virulents, ceux qui parcourent les revues de mode à la volée et se lèvent toutes les trois minutes pour en changer. Un étalage de jambe peut éventuellement freiner ces emmerdeurs, privilégiez d’abord les pieds sur la table. En cas d’impossibilité technique, tentez les croche-pied. Ça a son petit effet comique et les soins peuvent se faire dans la pièce à coté.

    0_1505824201846_848548.jpg
    Voici: partenaire officiel des salles d’attente et des déchetteries

    Que faire si jamais cela dure trop longtemps ?

    • Prendre un smartphone et des jeux f2p. Afin d’imposer votre légitimité, balancez les pubs à fond dans votre haut parleur crachouillard. Une autre technique consiste à pousser les basses avec du Jul, ce qui ne manquera pas de faire fuir des malades.

    • Bougez dans tous les sens telle une pile électrique. Au bout de quelques minutes, les regards gênés se tourneront vers vous. Pretextez une maladie tropicale au nom exotique qui fait peur et surtout contagieuse pour gagner quelques places encore.

    • Le type vener. Parlez ouech, lâchez du style en parlant jveux du bif et ma go tavu ma gueule tout en zyeutant les autres avec les yeux exorbités. N’oubliez pas de relever une jambe du survet et de mettre la sketteka à l’envers. On peut aussi accommoder du Jul avec cette technique de gueudin pour un résultat de bâtard.

    • La bataille de regard. Jetez un froid dans votre entourage, froncez les sourcils, plissez les yeux le plus fort, montrez leur que vous n’êtes pas une fiotte !, Un ou deux vieux pourraient y passer l’arme à gauche de peur et ce sera quinze minutes de plus sur votre compteur/.


    Un art ancestral de cassage de burnes à ne pas mettre entre toutes les oreilles

    • La fausse alerte à la bombe. A tenter avec parcimonie, jusqu’à 2 ans de geôle et 30 000 boules ma gueule.

    Voila, a vous de vous lancer dans le grand bain en prenant un RDV chez votre praticien préféré.



  • :love: :love:

    :lol: :lol:

    Ca sent le vécu. T’es allé voir Georges c’est ça? Il t’a dit de passer le voir et au final tu t’es retrouvé en salle d’attente pour payer 200€ pour un checkage de chicots? Alors que tu croyais naïvement que tu allais faire un resto avec.

    Je prends généralement le siège près des revues et je shoote dedans quand je tente de croiser les jambes pour lire mon magazine Geographie de 1998.



  • Oh bordel c’est quoi ce clip !!
    C’est une parodie ?



  • Ouais ce matin, j’ai enchainé trois salles d’attente pour des examens (rien de grave) à l’hôpital du Havre. Je laisse trainer mes yeux et mes oreilles, ya matière à rigoler comme cette conversation totalement anorexique et WTF entre deux vieilles qui ne savaient pas quoi se dire hormis des banalités.

    • alors ça va ??
      long blanc
    • et Monique ça va ?
      blanc
      -oui elle est à la retraite
    • comme son mari
      -oui mais il est mort depuis longtemps
      long blanc
    • ooh et Simone ?
    • Ça va.
      blanc
      -et le fils de Machin il est dans la marine n’est ce pas

    Là tu t’attends enfin à un truc potentiellement épique, un récit héroïque, des combats, du sang, des boyaux qui dégueulent de partout…
    -oui il est dans les bureaux.

    :lol:

    Je suis tombé sur une vioque qui puait la crème parfumé mais elle sentait pas le frais, le mélange des deux. Et je n’avais aucune place hormis la mienne. L’horreur.



  • Sissi :love:
    Criant de vérité :lol:



  • huhuhu, c’est du Leandri de la grande époque Fluide Glacial.

    Ce clip :love:…je retiens le geste des deux mains imitant un flingue qui se choque…aucune idée de ce que ça veut dire. :lol:



  • :lol:

    à cause de toi j’ai pris du temps pour lire ma salle d’attente est pleine :fou:



  • @Georges-AbitboL bah mets un 2ème fauteuil et prie pour les gitans arrêtent de te le voler

    @Sissi des examens de culotides aigues ? Mange bio et du magnésium.
    De rien, c’est gratuit :napo:
    Et comme toi, je m’aperçois que beaucoup de gens ne savent pas faire la conversation: choix des sujets hasardeux, beaucoup de descriptif, pas de rythme dans les histoires, mauvais ratio questions/je-parle-de-moi etc…

    Tu le montes quand ton blog alors ?



  • Jamais :poppop:


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.