Da Bayday



  • Hu hu





  • 26156.jpg

    Uderzo est décédé à 92 ans.

    cry

    ^



  • Crise cardiaque comme son compère je crois.
    Grand môssieur !
    best of the best en terme de BD. Ce duo :love:



  • :lol:





  • Ce post est tiré des Chroniques de la Vie d’un Havrais, publié en exclusivité dans le forum CPC. Il est aujourd’hui disponible gratuitement pour nos lecteurs du Wotw-le magazine des cinquantenaires avec un bonus en fin de page

    Le dernier tome du Vent des Dieux, Le vieux de la montagne, 2004.

    :rambo:

    J’ai mis deux jours à m’en remettre. A la limite de le balancer dans la tronche du collègue qui m’a prêté la série. ^_^
    Tout ça pour ça.

    finally

    Le-vieux-de-la-montagne.jpg

    Ce wtf, ce foutage de gueule, cette facilité scénaristique pour clore cette série. Une sortie de route violente alors que ça roulait pépère à 10 km/h depuis plusieurs albums… Je m’y attendais pas à ce final ubuesque. Comme rencontrer un extra-terrestre dans Asterix, c’est inconcevable. :nab: .
    Encore plus avec plusieurs éléments narrateurs qui l’inscrivent dans une diégèse qui ne bouge pratiquement pas sur douze tomes.

    Spoil:

    On suit les aventures de guerriers samouraï japonais, experts dans l’art du katana, qui voyagent dans le Japon puis vers le gigantesque empire du descendant de Gengis Khan. Il y a du sexe (assez explicite sur les préférences), des rancœurs, des femmes, des têtes qui volent et des gueux qui crèvent selon le bon vouloir de leurs maitres. Le héros, tout d’abord, homme de main de son seigneur, va perdre la mémoire puis au fil des albums essayer de renaitre grâce à la magie de l’amour sans toutefois perdre ses automatismes de tueur chevronné et chercher son paradis. Mais la voie du samouraï le mènera vers d’innombrables périls. Certains passages semblent parfois illogiques (trahisons, jalousies, rancœurs) pour le lecteur moderne mais peut-être rationnel à l’époque (13ème siècle)/civilisation, tout ce qui concerne l’honneur, le devoir, la cruauté, le sexe, les religions en gros. Le type qui se fait hara kiri, honteux d’avoir été relevé de son commandement, alors qu’en face, ils sont à 100 000 contre 1000 et qu’il a tenu la boutique…

    J’ai passé un bon moment, je ne peux pas le nier.

    Jusqu’aux deux derniers tomes. Notons que le treizième album avait prévenu avec ses yetis et sa déesse :nawak:… Un coup de pompe dans les burnes du synopsis qui s’effondre au sol…

    L’avant dernier est un voyage en mer vers l’Europe, accompagné de Marco Polo. Sans rien de spécial. Sans scène mémorable. Littéralement, on se fait chier et ça se résume à “ici c’est Java, là c’est Sumatra et ici, c’est New York City”. Et ya une meuf et elle semble être versée dans la sorcellerie

    magie

    Le suivant, le Grand Final, est quand à lui une frustration terrible. Une gène pour le scénariste qui a pondu ça. Les frissons de la honte…
    Après avoir gambadé dans le Japon médiéval, dans l’Empire du Khan, escaladé le Tibet, bataillé par monts et par Vaux, les auteurs nous gratifient des… des Assassins (soit), d’un T-Rex (heu?), d’une télévision (quoi?), des automates (gné?) -respiration- Ali Baba et les 40 voleurs, une allusion à Simbad le Marin, une potion pour rajeunir , des voyages dans le temps, une gigantesque palais en haut d’une montagne et une dernière planche qui laisse croire qu’il y aura une suite que je n’espère pas voir sortir un jour. :O

    holy shit

    Le héros principal, dans les précédents opus, vivait parfois des passages fantastiques dans sa recherche introspective, liés à la mythologie nippone le plus souvent. On comprenait que c’était dans la tête du héros, dans ses croyances, dans la mythologie, on le lisait.

    magie

    Là, j’ai parcouru fiévreusement une nouvelle fois les planches, il n’y a absolument rien qui dit que le héros rêve, déraille, est dans le coma, est complétement défoncé ou en PLS après une énième dose de LSD. Non, tout s’inscrit dans le réel, il y a bien un T-Rex et autres anachronismes alors que les 15 précédent albums s’inscrivaient dans un récit historique teinté de mysticisme.

    Je n’avais pas lu un truc aussi débile qu’un personnage prénommée Jennifer dans l’Égypte d’il y a quatre mille ans…

    Dans le tome 13, toute la troupe rencontrait une déesse. On était prévenu que ça allait déraper…

    Bonus pour les lecteurs du Wotw- le journal des grabataires: hier j’ai mangé des pâtes.



  • :lol:
    Beau geste… j’ai failli commencer cette série la semaine dernière.



  • Vas y commence la Duti. C’est de la finir qui ne vaut pas le coup d’après Sissi



  • :lol:

    Non, c’est comme une relation de couple…quand on sait que ça finit mal, il vaut mieux ne pas commencer.


Log in to reply
 

2
Online

31
Users

436
Topics

125.8k
Posts