Bayonetta 1& 2 Wii U



  • Quelques mots jetés en vrac afin de former des phrases au sujet de ce bundle Bayonetta sorti sur Wii U l’année dernière

    Pendant ce temps, Cacao joue à Ryse.

    Bayonetta_box_artwork.png

    Bayonetta, c’est quoi donc ?

    C’est un BTA (bastonne tes adversaires ) sorti sur Pisse 3 et XBouse 360. Sa particularité est qu’il joue avant tout sur la mise en scène de son personnage principal. Bayonetta, c’est la meuf sexy qui ondule du cul en marchant, prend des poses lascives après avoir achevé un ennemi et suggère pleine de choses assez dégueulasses. C’est la seule héroïne de jeu vidéo qui, dans ma mémoire, écarte les pattes après une action ou mordille sa sucette d’une façon assez sensuelle.
    Le lore du jeu est assez unique, on passe son temps à se battre contre des anges du paradis et des boss démesurés. Bayonetta est une sorcière appartenant à un ordre appelé l’Umbra qui œuvre dans les arcanes des ténèbres, dotée d’une force surhumaine et d’une ténacité à toute épreuve, elle ne faillit jamais. Ou si peu. Les cut-scènes, assez what the fuck pour la plupart, ne l’a mettent jamais ou rarement en position de faiblesse. Bayo, c’est la bombasse que tu rêves d’avoir mais c’est elle qui commandera dans ton couple.

    bayonetta boot.jpg

    Bon, ok, mais il y a un jeu aussi ?

    Bien sûr. Et il est foutrement bon quoique imparfait sur plusieurs points.
    Le jeu est découpé en chapitre eux mêmes découpés en versets. Chaque verset correspond à une phase de jeu, la plupart du temps, des bastons. Le jeu reste difficile à appréhender dans ses contrôles et peu permissif. Comme les esquives qui vont faire rager alors qu’on pensait qu’elles étaient passées.fastoche. Plusieurs combos pour latter la gueule des anges sont disponibles, il faut savoir les placer à bon escient afin d’avoir la note maximale à la fin. Car oui, le jeu décerne une note sous forme de trophée suivant le nombre de combo utilisé, les soins ou les décès. De pierre à platine, il faut être un acharné pour les collecter dans les difficultés les plus hautes.

    bayonetta_pic1.jpg

    Ce découpage est intéressant car il permet de revenir sur n’importe quel chapitre déjà joué et ce dans n’importe quelle difficulté, très pratique pour tenter de débloquer les divers trophées et autres items cachés. On peut aussi trouver des zones accessibles via des portails où il faudra réussir une épreuve basée sur des règles simples comme 'tuer avant la fin du timer" ou “battre un boss avec un nombre limité de coup”. Chaque défi remporté offre un bonus tel qu’un morceau de coeur pour augmenter sa barre de vie.

    bayonetta-2-screenshot-4-e1358827606564.png

    Cé dure? lol

    Pour une tanche au pad comme moi, le niveau normal est chaud. Mais sa force, et plus dans sa suite, c’est que le joueur s’améliore, la sensation de donner des coups aidant. Notamment grâce à l’armement qui se débloque et la phase d’apprentissage. Il va falloir y passer du temps pour comprendre les patterns et savoir les contrer. Encore plus face aux boss gigantesques du jeu qui réduiront à néant votre barre de vie en quelques coups. Je tiens à préciser que le confort apporté par le pad Wii U est sensationnel, il défonce un pad 360 sans problème avec sa batterie ultra longue et sa prise en main.
    Un personnage nommé Rodin, démon de nature, vous échange contre des halos récupérés en jeu divers items, coups ou armes. C’est ici que commence la phase d’apprentissage du joueur. Il devra farmer un nombre incalculable de halo pour monter son matos qui lui permettra de battre ses records. Cela peut être rébarbatif bien sûr mais constater que l’on a pulvérisé le précédent record en passant de bronze à argent sur tout un chapitre incite au grind.

    Bayo est aussi capable d’exécuter ses adversaires après avoir monté sa jauge de magie, un pressage de bouton et une animation apparait où le monstre est exécuté à la guillotine ou pressé comme un raisin. il arrivera de récupérer des armes lootés par les boss ou trash et de pouvoir s’en servir pendant un laps de temps court, généralement, elles tapent fort.

    Pour les points négatifs, il ressort que certains QTE (actions contextuelles plutôt )sont punitifs. Il n’est pas rare de mourir sur un pressage de bouton raté. Un peu débile aussi, les esquives qui fonctionnent pas ou mal dans certains passages et la vitesse à laquelle frappent certains ennemis. La caméra n’aidant pas avec des phases où ça virevolte dans tous les sens, perdant le joueur parti chercher un GPS.

    Voila tout est dit ou presque.
    Ha non, les phases de running. Une purge ! Trop longue et chiante. Faire de la moto ou de l’avion ( un mélange de Space Harrier et de After Burner ) ok mais sur 10 minutes monotones, définitivement non.

    Techniquement, ça tue ?

    Oula jeune vierge, non. C’est moche et aliasé. Certaines textures dégueulent au visage mais tout s’affichent sans soucis, encore heureux. Les boss magnifiques et gigantesques, possèdent un désign hors du commun: dragon à deux têtes avec un visage de chérubin sur le ventre
    Les bruitages et musiques restent de bonne facture, les mélodies bifflent les oreilles et restent dans la tête.

    Conclusion

    Franchement, un bon jeu. On se marre avec certains perso décalés ( Enzo le comique de service, Rodin le badass ) et les cut-scènes donnent envie de voir la fin de l’histoire que je ne spoilerais pas. Même pour un mauvais au pad comme votre serviteur, on peut s’amuser à débloquer les défis ou battre ses records. Et jubiler devant le bestiaire sorti tout droit du Paradis.

    196458.png

    Rentrons dans le vif du sujet: Bayonetta 2 tue la gueule et peaufine son gameplay à la perfection.
    Pendant ce temps, Cacao enchaine les QTE sur Ryse.

    C’est tout pareil ?

    Franchement ? Oui.
    Mais non.

    D’abord, cet épisode est réalisé uniquement pour la Wii U. Bien qu’inférieure techniquement au Pisse 4 et Xbouse One, le travail effectué laisse pantois. Textures magnifiques, fps constant et sans baisse, aliasing très peu présent et encore plus pêchu lors des combats.
    Le premier opus était déjà fou, celui ci va encore plus loin. Au menu, surf sur une vague, baston sur une sphère, chevauchée de bourrin démoniaque, les points négatifs du précédent ont été gommé. Menus moins austères, plus d’item et moins de grind pour le stuff.

    Et la bagarre ?

    On suit la voie tracée, découpage identique en chapitre et verset, défis en tout genre, items cachés, coups déblocables et boss gigantesques. Le premier niveau vraimment jouable enverra le joueur affronter un dragon sur les murs d’un building après s’être battu sur un avion de chasse et une rame de métro… La surenchère est là. Et c’est admirablement bien réalisé.
    Quelques changements au niveau de la disposition des coups sur le pad mais on s’y fait. L’esquive est beaucoup plus travaillée et aisée mais demande tout de même une habitude dans les placements afin d’en tirer un max…

    Bayonetta-2-5.jpg

    Cé plu dur que le un?

    Non.
    Plus accessible
    Même si certains passages en mode normal et avancés demandent de se concentrer un minimum pour avoir une bonne note. L’utilisation des bonus (sucettes de soins, de puissance) ne sont plus pénalisantes pour cette notation. On ira donc récupérer les divers composants pour les crafter dans les difficultés les plus basses.
    Comme dans le premier, je me fais défoncer en hard. Mais j’ai grandement appris en terminant d’abord en easy puis normal.
    Pour les défis que l’on trouve en franchissant un portail, certains sont complétement pété du cul: buter un boss sans toucher le sol, ne pas se faire toucher par des boss hyper rapides) mais quand on en réalise un, on se sent fier comme un gars ayant réussi à sortir vivant de’ la Poste.

    Bayonetta-2-14.jpg

    La meuf elle est bonne ?

    Ouais, ils ont fumé. Bayo avec sa nouvelle coupe courte est toujours aussi chaude du cul, se tortille encore plus avec sa démarche chaloupée limite je fais le trottoir. Par moment, on entrevoit certains délires des devs comme cette tenue de Link débloquée dans le magasin de Rodin: le chapeau bouge comme une teub. Je ne sais pas si c’est moi qui possède un esprit mal placé mais c’est assez … troublant ?
    Bref, on reste dans la continuité du premier épisode, décomplexée et fendard et c’est tant mieux que ce passage sur la plate-forme de Nintendo le Prude n’ait rien galvaudé.

    Techniquement ?

    Globalement, ça tue la gueule. Jeux de lumières somptueux, framerate constant, quelques screens parleront mieux.

    Bayonetta-2-25.jpg
    Bayonetta-2-9.jpg
    Bayonetta-2-2.jpg

    Images piquées ici.

    Conclusion ?

    Une tuerie pour l’amateur de BTA (biffle ton assistante). Le jeu emmène le joueur dans une dynamique folle en gommant les tares du premier Bayonetta.
    Adieu (ou presque) les phases de running façon moto ou avion de chasse, ces dernières restent présentes mais se font moins lourdement sentir, La chasse au défis et record sont là aussi pour motiver le joueur à relancer le jeu.Et il s’améliorera à chaque instant, allant même jusqu’à abattre à sa grande surprise un boss sans se faire toucher. Le plus difficile restera d’enchainer les performances pour enchainer les platines purs ( la plus haute note) sur tout un chapitre.

    Point noir, à savoir la vitesse de frappe abusive de quelques boss et trash, pas le temps de voir le pattern ultra rapide, c’est assez difficile à appréhender en jeu et contrer. On s’y fait en recommençant encore et encore. Et j’en suis très loin.



  • magnifique résumé. Et pendant ce temps cacao s’emmerde sur ryse.



  • Je ne juge pas les gens qui préfèrent incarner une bécasse vêtue de cuir à un fier et viril Romain en jupette.



  • Les God of War et Bayonetta, qu’est ce que ça m’excite pas… Pourtant je bande pour un rien.



  • Bayonetta c’est merveilleux
    Voila c’est dit



  • -1 à Taloche au passage qui veut rameuter du monde sur le wotw avec des tests de JV mais qui fait son “esthete”



  • En ce moment, je joue chaque soir avant d’aller dormir (vers trois-quatre heures du mat’ :hehe: ) à Bayo 2.
    J’ai fais plusieurs fois le jeu entièrement et ce qui continue à me happer, c’est cette progression vers le haut.

    Dorénavant, alors que je ne suis qu’une grosse merde pad en main, il m’arrive de sortir des versets ( découpage des chapitres) de façon quasi-parfaite. Je deviens de plus en plus bon à chaque session, je m’approprie le jeu de plus en plus, c’est dingue comment Platinum Game a peaufiner son jeu.
    Il y a quelques jours, je platine un chapitre en facile (oui ). Cette nuit, non seulement, je l’améliore dans les scores mais en plus, je platine le chapitre suivant. Il ya un mois, je tapais du bronze minable partout, aujourd’hui, je prends de l’assurance dans mes placements, sort des combos et bute des boss sans me faire toucher tout en décrochant des notes “perfect” et ce dans les modes facile/normal et difficile.
    Mode difficile que j’ai fini il y a peu. Le boss final est un calvaire, hyper rapide et sans bonus, pour un joueur naze comme moi, c’est pas possible. Mais, j’arrive à ne pas me faire toucher sur des patterns, à force de les subir, j’ai appris. Et c’est tout le temps comme ça.
    Le challenge reste élevé, décrocher chaque chapitre en platine en facile et normal sans bonus, ce qui implique de ne jamais se faire toucher tout en sortant des combos à haut potentiel de notation et vite.



  • :hum:



  • :boss: Sissi


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.