Endless Legend



  • Salut les bretelles de short,

    Alors je suis un joueur du dimanche qui joue essentiellement le vendredi soir comme vous le savez. Je ne joue presque plus plus aux jeux vidéos car mes testicules sont tombées et ma voix a finalement mué, donc il est temps pour moi de trouver des nouveaux passe-temps comme jouer avec l’administration française, faire des lessives et reredéménager.

    Mais il a y a une petite pépite qui me fait craquer en ce moment et c’est Endless Legend. Jeu français édité chez l’éditeur du jeu, car je n’ai pas que ça a foutre de regarder le test sur GK pour repomper les infos utiles pour les remettre ici avec des meilleures vannes.
    J’ai acheté ce jeu sur un coup de tête pendant les promos soldes et c’est un vrai bonheur !

    Description

    Alors il faut être un minimun fan du jeu qui s’effectue au tour par tour plutôt qu’à des jeux comme Warcraft III car ici il y a des héros, mais on est plus proche d’un civilisation que d’autre chose.

    Je ne vais pas faire l’expert en la matière car les seuls jeux tour par tour que je connais sont:

    • Civilisation V
    • Le jeu de la cuvette unique avec 2 personnes qui ont la gastro

    On peut donc jouer jusqu’à 8 factions pour le moment et pour en avoir testé 4, je dois avouer que chaque faction est totalement différente à jouer. Il ne s’agit pas d’une base commune avec une skin différente comme par exemple avec les humains et les humanoïdes. Ici, faut souligner l’effort mis dans la création de ces civilisations, toutes différentes dans le style de jeu et qui ont chacune leur identité visuelle bien travaillée, un régal pour les yeux.

    Description

    Le but du jeu est de gagner pour changer, pour cela faut être soit le plus gros et puissant, soit taper sur tout ce qui bouge jusqu’à ce que rien ne bouge, soit éviter de perdre.

    Dés le départ, on construit sa ville avec son colon, on contrôle une région par ville et avec la petite troupe armée et le héros disponible dès le départ on part découvrir le reste de la map dans le but de trouver d’autres régions afin de fouiller des ruines pour gagner des trésors ou taper sur la gueule de factions mineures pour les pacifier. Méthode totalement approuvée par les USA au passage.
    Description

    Ces factions mineures pourront ensuite faire partie de votre empire et vous permettront de construire des troupes armées de cette faction. On peut en avoir jusqu’à trois sous son joug. Les factions mineures sont nombreuses, allant des araignées géantes ou mages tête de mante religieuses. Généralement sur une grande carte, vous allez croiser environ une dizaine de types de ces factions, mais attention plus vous contrôlez de villages de la même faction mineure, plus celle-ci vous rapportera des bonus dans votre empire. Donc sur les 3 autorisées, il faudra savoir choisir entre les troupes qui compléteront bien votre armée mais aussi prendre la faction mineure dont vous contrôlez le plus de village histoire de profiter à fond du bonus associé.

    Dans sa ville, on peut créer un autre colon, différentes troupes de sa civilisation ou les troupes des factions mineures pacifiés et surtout des bâtiments.
    Comme dans tout jeu de stratégie, ces bâtiments vous donneront plus de pouvoir, de puissance et de fortifications donc il faut se résoudre à en construire le maximum. Ou lorsque votre empire s’étale avec une dizaine de ville, construire selon la spécificité de votre ville, comme développer une ville pour la production d’unités de combats, une pour les sciences etc… Généralement si on est un peu mongol sur les bords, on peut vite avoir un empire comptant 10 à 15 villes.

    Description

    Bien entendu, le nerf de la guerre se situe dans les ressources disponibles sur la carte. Chaque case de la map contient 1, 2, 3 ou 4 ressources:

    • Brume (l’argent pour s’acheter une benz benz comme dirait Joey Star)
    • Science (permet de développer plus rapidement les grandes recherches scientifiques, environ une quinzaine par âge)
    • Nourriture (nourrit les villageois pour qu’ils enfantent plus rapidement. C’est bien connu, un villageois qui mange bien c’est un villageois qui met en priorité son budget drague avec abonnement Tinder et MaxiCapote)
    • Industrie (qui permet de construire plus rapidement ses bâtiments)

    Pour contrôler ces ressources, il faut poser sa ville du départ sur une case juteuse avec au moins 3 ressources et bien faire attention que les 6 cases autour soient aussi prolifiques car dans l’immédiat votre ville ne va s’étendre que sur ces 7 cases.
    Mais par la suite, il faudra aussi s’assurer que les cases autour de votre ville soient intéressantes pour tout simplement encourager un développement de celle-ci. Car avec des extensions ou extracteurs il est possible de s’étendre dans votre région.
    Bref, on ne pose pas sa fondation de civilisation “côme cha” comme dirait le maçon portugais auvergnat.

    Une fois la ville posée, la nourriture va vous permettre de créer des villageois, au début vous avez un villageois qu’il faudra assigner selon votre choix tactique ou selon la ressource qui vous fait cruellement défaut sur l’emplacement de votre ville. Ce villageois sera donc assigné à une des 4 ressources pour avoir les effets suivants:

    • la Brume: vous permet de produire plus d’argent, donc d’acheter des bâtiments ou des armées si vous êtes pressé
    • la Science: chaque ère, sur les 6 au total, vient avec une quinzaine de recherche, vous donnant ainsi accès a des meilleures armures, des politiques diplomatiques pour éviter systématiquement le combat (quand on la joue petite bite, c’est une option vitale), la création de grenier pour la nourriture etc.
      Par exemple, assigner un villageois à la science vous permet un rendement de science supérieure et donc de développer plus rapidement certains avantages qui sont nécessaires pour booster le développement de votre ville ou assurer un élément stratégique supplémentaire à vos troupes parties guerroyer au front en votre nom.
    • la Nourriture: permet la production de villageois. En gros, ou “en duti” comme on dit Belgique, le jeu vous informe qu’avec votre seuil actuel de nourriture dans votre ville, votre prochain villageois sera produit disons dans 10 tours. Si cela est trop long car vous avez hâte que votre 2ème esclave villageois arrive pour pouvoir doubler son effet en science par exemple ou répartir vos villageois entre la brume et l’industrie, vous pouvez donc mettre votre 1er villageois en soutien de cette ressource pour voir le temps de production de votre 2ème villageois diminuer à 5 tours.
    • l’Industrie: retrouve la logique de la nourriture, sauf qu’au lieu d’influer sur les villageois, elle influe sur le rythme de production de vos bâtiments dans votre liste de construction. Si vous voulez votre caserne pondue plus vite, il va falloir assigner un ou plusieurs villageois à cette ressource.

    Description

    Pour assigner votre villageois du départ soit à la Brume, ou à la Science ou à la Nourriture ou encore à l’Industrie, il vous faudra prendre en compte les forces et faiblesses de votre faction mais aussi de l’endroit où vous avez posé votre ville de départ.
    Quand vous commencez à cumuler 4-5 villageois, libre à vous de les répartir de manière équitable entre les 4 ressources ou de booster outrageusement une seule ressource pour un ou deux tours histoire de rattraper votre retard ou de tenter de prendre un avantage sur un adversaire qui rôde autour de chez vous.
    C’est assez souvent que tous les 2-3 tours, on se retrouve à jongler entre l’assignation de ses villageois selon les évènements en cours qui peuvent bousculer votre plan initiale, comme une attaque d’une faction mineure, d’un joueur d’une autre faction ou comme l’hiver qui est arrivé.

    Oui, le petit Jon Snow, qui sommeille en vous, sera rassuré de savoir qu’il y a l’hiver dans ce jeu. Généralement c’est l’été et tout gazouille mais quand l’hiver tombe, vos troupes voient moins loin, se déplacent moins vite et les productions de ressources de votre ville en prennent un sacré coup, à croire que l’esclave le villageois n’aime pas avoir les tétons qui pointent quand il bosse dans la neige.

    Pour l’aspect militaire du jeu, car taper sur autrui c’est l’avenir comme le dirait tout bon philosophe, vous avez à votre disposition 2 sorte de troupes dépendante de votre faction (généralement une de corps-à-corps et une pour les tapettes qui tirent à distance), puis les unités des factions mineures pacifiés, puis votre ou vos héros.
    Certains héros auront un profil de gestionnaire de ville, donc il vaut mieux les assigner à une ville pour tenter d’encourager la production et d’autres héros ont un profil un peu bas du front, donc là il vaut mieux les mettre au sein de vos troupes.

    Il faut savoir que vos troupes de base gagnent en expérience tout comme votre héro, donc il ne faut pas hésiter d’aller au contact de l’ennemi pour lui annoncer qu’il a une face de pet. Vos troupes peuvent être customisés avec des objets de quête, ou des nouvelles armes créées dans vos villes. Même chose pour le héro qui en plus a un arbre de compétence sur 3 axes à visiter chaque fois qu’il prend de l’expérience.

    Description

    Pour ce qui est des combats, ils se gagnent essentiellement parce que vous avez plus de troupes que l’adversaire et/ou qu’elles sont mieux équipées ou formées. Là aussi la qualité peut prendre le pas sur la quantité.
    Avant chaque combat vous verrez une petite estimation de vos chances de victoire et à vous de choisir l’attitude de vos troupes pour influencer ce résultat, soit en les mettant en attaque, en défense ou dans l’idée de tenir leur position coûte que coûte.
    De là, vous pouvez opter pour une résolution automatique des combats ou une résolution emmanuelle façon 3615 ulla, plus connu dans le milieu du jeu sous le prénom “manuel” pour éviter tout procès féministe.

    Au début, vous allez plus vous concentrer, sur la découverte de la carte avec vos troupes, sur la gestion de votre ville avec les bâtiments à construire, les sciences à déverrouiller et à vous casser la tête sur comment assigner vos villageois donc n’ayez pas de honte à recourir outrageusement à la résolution automatique des combats.

    Par contre, il faut l’avouer que si vous gérez vous même vos combats, vous avez des meilleures chances de réussite. Libre à vous de concentrer votre feu nourri sur la troupe la plus dangereuse de l’ennemi quitte à perdre le combat par la suite mais au moins l’ennemi est rudement affaibli ou dans le cas où une défaite se profile, libre à vous de sacrifier la troupe la plus caca boudin (voir le compte twitter de Sun Tzu pour confirmation des termes militaires).
    Car chaque combat dure 6 tours ou moins dans le cas d’une annihilation totale. Sur 6 tours, vous pouvez arriver à faire durer le combat à votre avantage même si c’est la grosse pâtée assurée et chercher au moins à tenter de sauver votre héro par exemple.

    Il ne faut pas s’imaginer les combats avec une vue façon Rome Total War ou Shogun, mais plutôt comme sur un petit échiquier comme sur la photo ci-dessous.
    Description

    Après cette visite guidée de qualité, il faut savoir que le gros gros gros plus de ce jeu réside sur son identité graphique très léché et originale mais surtout sur l’interface qui est juste parfaite! Tant en gestion de ressource ou de troupes tant que pour zoomer et dézoomer sur la carte, c’est très intuitif et on prend vite plaisir à naviguer dans les menus de sa ou ses villes.

    Description

    Description

    Description

    Le petit hic léger c’est la diplomatie entre ses alliés et ses ennemis, le jeu est souvent patché pour l’améliorer et on commence à arriver à un résultat correcte et logique.

    Le dernier souci qui réside pour moi c’est les résolutions de combats en manuel. Quand au début on se bat à 2-3 troupes contre 2-3 troupes, ça reste gérable, par la suite, les animations font que le combat traine trop en longueur, ce n’est pas assez péchu et surtout si on fait l’erreur de cliquer sur résolution manuel, on ne peut pas revenir en arrière à tout moment, il faut s’infliger le combat. Dans le cas de votre ville sous siège, avec 5-6 troupes en soutien face à un adversaire de 10 troupes, le combat va vous sembler interminable, facilement 20 à 30 minutes et cela gâche vraiment trop le rythme pour moi.

    Pour finir sur une note positive, les parties en multijoueurs sont top et bien gérées surtout depuis le dernier gros patch. Pas de déconnexion et un système de sauvegarde tour par tour qui n’est jamais corrompu en cas de souci, bref jouer les 300 tours avec 2-3 potes chomeurs libres c’est tout à fait faisable.

    Bien entendu, dans les subtilités de la guerre, production et de la construction, il faudra prendre le temps de bien connaître sa faction, les petits détails du jeu et se renseigner sur les forums mais jamais vous n’aurez l’impression qu’on coupe les cheveux en quatre et l’interface du jeu vous permet pratiquement à chaque fois de trouver la réponse tant désiré.

    Pour moi ce jeu enterre Civilisation, tout simplement à cause de l’interface et pour le choix des peuples tout simplement super orignal et jouissif à tester !

    Ce jeu récolte la note de la chaussure doré du WotW pour le mois d’Avril 2009. Bravo !

    Description



  • Encore un jeu que je devrais essayer…
    Putain j’ai pas le temps :sweat:



  • Magnifique présentation. Tu aurais du la faire quand le jeu était en promo sur steam, et non pas essayer de m’attirer avec ton argument publicitaire phare : C’est comme un eeepc mais en tour par tour. :fou:



  • @dutilleul Tu devrais me faire confiance ! Pas ma faute si t’es tombé sur un asus qui marche mal parce que le gras des frites sur tes doigts la détraquer :fou:



  • Ya des légendaires ? :chirac:



  • @Sissi Oui et c’est vrai en plus :napo:



0
En ligne

30
Utilisateurs

405
Sujets

117.5k
Messages