Retro gaming - 8 & 16-bits, micro, console, la bite à Georges



  • On a tous eu nos premiers émois sur les consoles 8-16 bits, les premiers ordinateurs familiaux ou sur le chien de la voisine. J’ai touché à un paquet de machine, du Vidéopac à l’Amiga 600 en passant par la Saturn, le ST (de la merde), le 464 (vite fait, les cassettes qui chargent lentement bof quoi, vendu aussi sec) ou la Master System.
    Il y a eu une tonne de jeu, de moment à criser, à prendre plaisir, à gueuler sur l’autre en jetant la manette. Retour dans le passé, à la recherche des meilleurs moments d’une vie de joueur:

    Best shoot horizontal sur seize teubs: Thunferforce 4
    Ce jeu dont j’ai vu le test dans le console news de Joystick m’a fait défaillir jusqu’à sa sortie française. Des boss gigantesques, une difficulté plutôt balaise, un système d’armement évolutif, et peut être les meilleurs musiques de la mégadrive (quoique Streets of Rage …)

    Le nombre d’heures passées à relire ce test, à mater les screenshoots, j’en rêvais la nuit. La rolls du shoot them up était la PC Engine, Gate Of Thunder était la référence du genre, R-Type m’avait comblé sur Master System, Zero Wind MD fait marré, Thunderforce 3 m’avait déçu, mais cette suite était une claque magistrale. Aucun ralentissements à déplorer, des niveaux très bien conçus comme celui de la lave et j’y ai passé deux ans sans me lasser puis en émulation sur PC et PSP, et le charme opère toujours 20 ans après.

    Sensible Soccer alias le meilleur jeu de foot jamais sorti sur micro. Les centaines de parties avec les potes, les milliers de buts injustes et cruels lors des prolongations, les vacheries en matchs à base de manette débranchées, les railleries après un 1-0 de crevard et l’IA surpuissante par moment. Là ou un PES m’emmerdait en multi quelques années après, ici l’éclate était totale.
    Même Kick Off 2 est largué dans le titre de meilleur jeu de foot du monde.

    Même topo pour NHL 94-95 et 96: impossible de s’en passer en multi. J’étais même le champion de la batterie lors de mon service militaire devant un joueur-amateur de hockey en vrai. On organisait un mini championnat chaque semaine, avec une coupe que j’avais fabriqué avec un bout de tube et un morceau de ferraille. On avait deux jeux qui tournaient en boucle à l’époque dans notre batiment, sur deux supports différents: le NHL 95 et Bomberman sur SNES. Les soirées à quinze-seize, en guettant le passage de l’officier de nuit en P4 pour pas qu’il nous crève en jeu et en attendant son tour de jouer. Vint au même moment la découverte de FIFA sur la play, et les randonnées nocturnes pour jouer avec le toubib du régiment …

    Sur mégadrive, Sega voulait contrer la Super NES de Nintendo sur le terrain de l’action-RPG. Zelda et Secret Mana en tête.
    On a eu droit à trois grand titre, absolument incontournable pour le possesseur de la 16-bit de Sega.
    A tout seigneur, tout honneur:

    Landstalker, c’est tout d’abord une île immense, affichée dans une 3d iso qui prends place dans le monde de Shining Force.

    Chaque parcelle est dessinée à plat en 2d puis “gonflée” en 3d via un logiciel interne. On suit l’histoire de Nigel (VF) dans sa quête du trésors du Roi Nole. Poursuivi par trois chasseurs de tête qui veulent récupérer la petite fée Friday placée sous sa protection, il va parcourir des niveaux labyrinthiques, jonchés de pièges et emplit d’ennemis dangereux. Beaucoup de plateforme, certains sauts difficiles mais une aventure hors du commun. Bien que répétitives, les musiques sont fabuleuses, tour à tour enjouées ou tristes. Dans mon top 5.

    Vint Soleil, un Zelda-like. Bien qu’un peu niais, il n’en demeure pas moins un excellent jeu d’aventure. Le joueur doit retrouver des animaux qui lui permettront d’avoir des pouvoirs en cumulant leurs propriétés, pouvoirs qui permettent d’avancer dans les donjons et résoudre les enigmes. Musiques génialissimes, action non stop et durée de vie plutôt bonne.

    Et enfin Story of Thor:

    Un jeu un peu linéaire mais assez bien foutu, qui enchaine les bastons à répétitions, offrant au joueur différents pouvoirs grâce aux esprits de l’eau, du feu, de l’ombre et des plantes. Musiques blabla trop bien, graphismes super blabla trop beau… Il y avait un endroit dans le jeu qui permettait même de récupérer une épée surpuissante en descendant dans une grotte sur 100 niveaux afin d’y combattre une multitude de type surarmé.

    Je vais passer vite fait sur les fantastiques Voyageurs du Temps et Legend of Kyrandia, j’ai jamais pu les finir pour cause de bug récurrents sur les copies pour en venir à la tuerie de l’Amiga 600:

    Un jeu de F1 qu’il est bien, avec la putain de possibilité de jouer à deux non pas en écran splitté mais en se refilant la manette, le jeu gérant à tour de rôle la course de l’autre. Chacun son tour, les joueurs faisaient leurs temps de qualif, ça huait quand le chrono allait être battu ensuite le meilleur commençait la course et jouait trois-quatre minutes, puis passait le relais à l’autre. Et il n’était pas rare de tenter de bousiller finement la voiture du copain quand l’occasion s’en présentait, de voir sa monoplace partir à la faute en direct live sans pouvoir rien y faire ou de s’apercevoir en reprenant son tour que l’IA l’avait parachuté dans les tréfonds du classement tout en lui laissant la conduite dans un virage. La joie de courir Hockeinheim ou Monza, aucun jeu ne proposait ça en 3d (à part No Second Prize en moto), cramer du pneu sur Melbourne avec une Williams Renault devenait le plaisir ultime.



  • Fini Final Figth Guy en ému snes
    .
    :beurk:

    Ok, Street of Rage lui a piqué plein de truc (qui ont été pris à Double Dragon) mais il lui défonce la gueule à ce Final Figth, avec barre à mine et coup de ceinturon dans les roupettes. J’y avais joué sur mega cd à l’époque (je ne sais plus quelle version) et j’avais pas pu le finir à cause du cd rayé, au final, c’était ptet pas une mauvaise chose d’insister en relancant le mega cd. C’est moche, les musiques pas terribles (alors que SoR poppop ), peu de coups, deux persos et plutôt facile.

    J’ai attaqué Secret of Mana, pareil jamais avancé dans le jeu je sais plus quand. C’est pas terrible pour le moment, Zelda snes , Soleil et Alundra restent au dessus mais les musiques sont divines.



  • C’est beau la vie d’un gars en instance de rupture conventionnelle. On croirait que tu fais du minecraft à déterrer des topics et des jeux comme ça.
    T’as ressorti aussi les photos de quand tu avais plus de cheveux et plus d’abdo ?



  • :brocoli:

    Tellement de jeu a faire …



  • Alors, pardonnez moi pour ceux l’ayant fait à l’époque mais sincèrement, Secret of Mana, c’est de la grosse chiasse. Malgré les années, je pense que mon jugement aurait été identique dans les années 90.

    Pathfinding dégueulasse, on ne peut pas avancer quand un des pnj se bloque dans un coin du décors et l’on est soit même constamment emmerdé par des rochers où l’on se coince, les déplacements ne sont pas fluide. Et c’est pareil pour les ennemis. Ils sont dotés d’animations qui leur permet d’enchainer le héros sans qu’il ne puissent bouger hormis appuyer frénétiquement pour tenter de se soigner. Associé avec des trucs du genre stun/transfo du joueur en bestiole inoffensive pendant quelques secondes/ patern impossible à esquiver (la langue de la grenouille, un boss, les sauts du tigre) ou prévoir et l’on recharge la partie.
    Les bastons sont trop hachés, pas du genre Zelda SNES par exemple, c’est tout l’inverse. On doit tout le temps attendre que son arme se recharge pour taper au max, que les étapes d’animations des mobs soient les bonnes pour espérer toucher. Ca donne un coté benny hill au jeu: le joueur attends que son épée se foute au max puis tape, rate le mob qui se déplace aléatoirement, nouvelle charge de l’arme et nouveau raté. C’est encore plus débile sur l’arc qui a une portée identique à la lance (pas en jet, en tapant).
    On peut y jouer à trois, j’y joue seul et l’ia crève tout le temps, n’attaque pas et se plante dans les rochers.

    Il ya bien ces musiques, fabuleuses au premier abords. Sauf que ce sont des boucles très courtes qui saoulent à la longue. Écriture minimaliste, dialogues vides, c’est pas la joie…

    Voila, au revoir, c’est gentil d’être passé me voir.

    Jouez à Landstalker. :brocoli:



  • Secret Of Evermore. Ça partait bien, monde moderne, le héros et son chien précipités dans un monde tropicale. Jusqu’au drame qui se dénoua rapidement. Un passage imbuvable. Un désert avec des tourbillons de sable mouvant cyclique qui ramènent le joueur en arrière. Et c’est farfelu. On est tout le temps remis en arrière car rien ne dit quand le tourbillon va apparaitre, pas un indice avec une animation, que dalle. Le joueur passe paf, allez tu repars là-bas, tu fais trois pas, paf tu est projeté là. Et il faut gérer les ennemis en même temps. Vingt fois remis derrière, poubelle.

    Les rpg action de squaresoft :beurk:
    La supernes, quelle console de merde, j’ai jamais pu l’encadrer.

    Alors que la megadrive :love
    Son processeur :love:
    Sa manette :erection:
    Ses musiques métalliques :love:
    Ses sprites gigantesques :love:

    Shining Force :love:
    Landstalker :love:
    Soleil :love:
    Thor :love:



  • @‘Sissi’ said:

    Landstalker :love:

    :ok:

    :fap::fap::fap::fap::fap::fap::fap::fap:



  • Allez, hurle ta haine de la snes avec moi !

    Louons la Sainte Megadrive !



  • Bon en même temps on n’avait que la MD à la maison.

    La haine de la SNES, tu y vas un peu fort :dsk2:



  • :dsk:

    Tiens, je pensais me faire une bécane spéciale ému, un ptit boitier raccordé sur la télé, un os genre xp et des émulateurs 8/16 bits (pc engine/neo geo/snes/Sainte Genesis et surement la dreamcast ). Ça doit pas bouffer trop de ressources (quoique la dreamcast) et demander du matos évolué. Se refaire un Thunderforce 4 ou un Mutation Nation dans le canapé. :caramba:



  • J’suis sur que t’as besoin d’une GTX 570 et d’un SSD pour ça !